background

Image 2 title

type your text for second image here

Image 2 title

Image 3 title

type your text for third image here

Image 3 title

Image 4 title

type your text for 4th image here

Image 4 title

Image 5 title

type your text for 5th image here

Image 5 title

Image 6 title

type your text for 6th image here

Image 6 title

Image 7 title

type your text for 7th image here

Image 7 title

Image 8 title

type your text for 8th image here

Image 8 title

Image 9 title

type your text for 9th image here

Image 9 title

Image 10 title

type your text for 10th image here

Image 10 title

Image 11 title

type your text for 11th image here

Image 11 title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

Image title

type your text for image here

Image title

 

Tannkosh 2013

par David Kromka(traduction Andreas Hoegl)

 
Si on peut tirer des enseignements de Tannkosh, alors il y a en deux: primo, jeudi est devenu une journée de Tannkosh entière. Et secundo : pas un Tannkosh sans pluie, dans notre cas de la pluie continue....
 
Ce jeudi, à l'origine prévu comme journée d'arrivée sans encombres, a vu débouler déjà 500 appareils sur ce petit terrain dans l'Allgäu. Pas de miracle, car la météo était splendide sur toute l'Europe, et une petite douzaine de Mooneys sont également arrivés. Et les Mooniacs avaient un but : redevenir en 2013 le plus nombreux club de type d'avion et de dépasser le nombre de Mooneys présent en 2011.
Nos amis hongrois de Jakabszallas (LHJK) étaient arrivés à midi avec trois avions et avaient investi le parking attribué entre les hangars. D'autres Mooniacs de l'EMPOA ont comblé les rangs durant l'après-midi et le soir 11 Mooney garnissaient les deux rangées.
Comme en 2011, des spécialités locales ont été dégustés, par les équipages, confortablement installés sous la tente de l'EMPOA. L soirée a été conclu par quelques bières « Gold-Ochsen » sous les chapiteaux, mais la fête ne fut pas trop tardive, car tous voulaient rester en forme pour les jours suivants.
 
Déjà tôt le matin, le son des avions en approche réveillait les Mooniacs, et parmi ces avions se trouvaient des Mooney pour lesquels il fallait trouver des places. D'anciens connaissances et des nouvelles équipages se rencontraient autour de notre stand EMPOA. Stefan Schlenk, l'animateur et créateur de la Mooney Classic-Collection (ligne de vêtements pour Mooniacs) a personnellement amené les Tannkosh-Mooniac-T-shirts, réalisés spécialement pour l'évènement. Ces vêtements ont trouvé vite des porteurs, et les autres modèles de la collection étaient très demandés.
Pour les amateurs d'aviation que nos sommes c'était une belle journée avec des démos en vol spectaculaires, des discussions agréables entre amis et cette particulière ambiance de Tannkosh. Vers le soir, le JU 52 de la Lufthansa a pris ces quartiers directement à côté de notre espace dédiée aux Mooney. La vieille dame va certainement excuser à ces puces rapides de Kerrville  que celles-ci la doublent allègrement si on leur demande. 
Le point culminant pour les Mooniacs de l'EMPOA arrivait le soir, en forme d'un porcin à la broche, organisé par la famille Straubinger. Tous dégustaient avec appétit cette spécialité accompagné de salade de patates et de la bière fraîche de l'Allgäu.
Ainsi restaurés, une majorité du groupe trouvait son chemin vers le chapiteau principal pour « faire la fête », et David Kromka et Uwe Bieber avaient réussis de péter un banc en dansant dessus.....imaginez l'ambiance de folie ! On fêtait tard car quelques Mooniacs avaient prévu un départ avancé à samedi, en raison de la prévision météo très pessimiste.
 
Le samedi débutait avec une météo agréable, mais on ressentait une fièvre de départ, la prévision météo était trop certaine pour dimanche, du temps pourri. Les Mooniacs venus de plus loin voulaient s'assurer d'un départ avant l'arrivée du front froid du ouest. Une frayeur était causé par un accident juste après midi : un biplan historique (Udet Flamingo) a quitté la piste au décollage et c'est encastré dans des appareils garés au nord, entre lesquels se trouvaient des visiteurs. Des blessés sont à déplorer, dont un grave, mais qui va se rétablir complètement, souhaitons-le. Les opérations de vol étaient interrompus pendant deux heures, causant des importants retards parmi les candidats au départ.
 
Le front, avançant avec des bourrasques de vent assez forts, demandait des efforts à tous les Mooniacs restés sur place, car notre tente menaçait de devenir un appareil volant à son tour. Après le passage de ce front en début de soirée, nous n'avions pas senti une goute de pluie et étions assis entre nos avions, réchauffes par le soleil. Une bonne préparation pour la suivante nuit de fête, cette fois-ci « Rock sous l'Hangar ». Ainsi l'équipe EMPOA restante pouvait prouver que nous ne savons pas uniquement voler haut et vite, mais aussi faire la fête « comme il faut » , et ceci avec endurance.... 
Pour montrer ceci convenablement dans l'hangar de Tannheim, le grand drapeau EMPOA a été placé directement sur notre table, et le fait que Verena Dolderer, la patronne de cet événement, nous a mentionné en tant que plus important rassemblement de type a fait du plaisir aux Mooniacs restés sur place.
Et oui, dimanche elle était  enfin arrivée, cette pluie continue, et seul avec un Mooney on pouvait en échapper. Ainsi, quelques uns des speedmachines de Kerrville sont repartis en IFR vers leurs bases, sous un ciel gris, froid et humide. D'autres ont, en raison de la météo marginale sur leur route prévue, préféré de rester un jour de plus ou de partir sans leur avion. Evidemment, un jour avec ce « Woodstock feeling » fait partie intégrale de Tannkosh. Mais malgré cette météo capricieuse, Tannkosh 2013 était encore une fois un évènement aéronautique qu'aucun Mooniac ne voudrait rater. Dommage que les Mooniacs français étaient si sous-représentés...
 
alle Fotos: K. Floto/W. Wohlfahrt